Comment créer une musique de film

Musique de film

Pour créer une musique de film, il faut se préoccuper de beaucoup de critères.

Le premier, c’est la diversité.

Ennio Morricone, James Horner, Eric Serra, Alexandre Desplat, John Williams, Hans Zimmer et Sergueï Prokovief, tous ces grands compositeurs ont créé pour des films et chacun différemment.

Composer sur scénario ou sur un film monté ?

John Williams exige un film monté. Pour la bande originale d’Interstellar, Hans Zimmer a composé sans voir l’image, juste avec une description par le réalisateur.

Faire sa composition musicale sur scénario a des avantages : avoir plus de temps, plus de liberté de timing et la possibilité de faire des propositions à un réalisateur qui hésite à vous choisir. Inconvénients, la relation avec les images n’existe pas, le montage final sera peut-être très différent, les durées des musiques vont changer, les images peuvent vous donner d’autres idées et une meilleure compréhension.

Dans la pratique de bande originale pour la télévision, on doit jongler avec un peu de scénario, des bouts de montages et beaucoup de modifications. Les partitions ont laissé place aux logiciels de MAO, le piano au clavier maître, la salle de concert au home studio et l’orchestre symphonique aux instruments VST.

La préparation des thèmes

Quand on peut avoir la vision globale de l’oeuvre, il est extrêmement efficace de préparer ses thèmes à l’avance. Les grands compositeurs en font souvent plusieurs versions. On peut chercher au piano, chercher avec son logiciel et ses sons. Pourtant, s’éloigner des instruments pour noter des idées est une très bonne méthode, sur partition ou sur son smartphone. Pour certains styles musicaux, installer une rythmique peut stimuler l’inspiration.

On préférera des thèmes mélodiques et chantant dont on travaillera longtemps la structure et les options de développement. Il ne faut pas hésiter à retravailler ses thèmes pour les optimiser. « Jusqu’à ce qu’ils sonnent comme s’ils avaient toujours été là », dit John Williams.

Musique du film Titanic

Faire de la musique à l’image

Il y a deux critères principaux pour qu’une musique fonctionne :

Le tempo de l’image. Si votre composition musicale ne la respecte pas, les morceaux seront plaqués et ne fusionneront pas avec le film.

Le style de la musique et la caractérisation des personnages. Vous ou le réalisateur avez défini un style, vous devez vous y tenir. Ne pas changer de couleur sans raison. Idem quand vous avez associé un thème à un personnage, l’harmonisation à venir doit rester cohérente avec lui. Les documentaires et les comédies ont souvent des musiques contrastées. Si l’on ne parvient pas à imprimer une signature, le résultat ressemble plus à une illustration sonore qu’à une musique originale.

En film d’animation de style cartoon, les musiques sont hyper découpées et peuvent changer radicalement. Les thèmes par personnage et des mécaniques récurrentes permettent de rester très identitaire.

Quel logiciel ?

Pour travailler à l’image, Studio Capitale Enseignement pense que les meilleurs logiciels sont plutôt Cubase sur PC ou Logic Pro sur Mac. La gestion de l’image est bien intégrée et il y a des fonctions spécifiques à la musique de film. Comme la gestion des variations de tempo et des synchronismes.

L’arrangement, la programmation des instruments VST viennent en premier, puis la validation du réalisateur, le mixage et le mastering. Dans des productions de télévision très rapides, le mastering remplace parfois le mixage par manque de temps et/ou de budget.

Après avoir fait votre meilleure musique de film, il est possible de déposer vos morceaux par téléchargement, directement sur le site de la Sacem. Les débutants utiliseront le Snac, provisoirement.

Les dents de la mer

Pour terminer, une petite histoire. Lorsque JW a joué le thème du requin à Steven Spielberg, celui-ci a cru qu’il s’agissait d’une blague. « Non, je pense qu’il n’y a pas besoin de plus ». Deux notes qui sont restées mythiques et inégalées et ont contribué à terroriser une grande partie de la planète qui n’ose plus nager en mer. Pour exprimer deux mondes qui se côtoient et ne se voient pas, le thème de la ville et celui du requin se superposent en deux tonalités différentes. (polytonalité). La simplicité et la complexité se rejoignent.

musique du film les dents de la mer

2 Comments

  1. Pingback: Stage intensif de musique de film - Composition de M.A.O

  2. Pingback: Le rôle du formateur - Composition de M.A.O

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.