Les modes diatoniques

 

Qu’est-ce qu’un mode ?

C’est une façon de diviser l’octave en intervalles qui constituent une gamme.

Par exemple, le mode majeur est constitué d’une octave divisée selon l’ordre suivant:

un ton, un ton, un demi-ton, un ton, un ton, un ton, un demi-ton.

Il y a théoriquement, un très grand nombre de possibilités de découpage, même si certaines sont beaucoup plus utilisés que d’autres.

Remarque: dans la musique indienne, il peut y avoir un mode par morceau.

Le plus souvent, le mode montant est différent du mode descendant.

Dans la musique classique et baroque, on utilise la combinaison de plusieurs modes mineurs, selon que l’on soit en accord (mineur harmonique), ou en mélodie ascendante (mineur mélodique ascendant), ou en mélodie descendante (mineur mélodique descendant).

Nous allons passer en revue les différents modes.

Un mode, une gamme, implique une correspondance en accords.

Nous allons commencer par les modes diatoniques.

Définition:
Un mode diatonique est constitué d’une gamme majeure dont les degrés sont décalés.

Exemple en Do majeur: do, ré, mi, fa, sol, la , si, do.
Si je pars d’un do, j’ai le mode majeur, 1ton – 1t – 1/2t – 1t – 1t – 1t – 1/2t.

Mais si je pars d’un ré, alors la succession d’intervalle change complètement.
ré, mi, fa, sol, la, si, do, ré
1t – 1/2t – 1t – 1t – 1t – 1/2t – 1t.

Maintenant si je transpose ce mode en partant d’un do, (en prenant le même découpage d’intervalles), j’obtiens:
do, ré, mib, fa, sol, la, sib, do.

Nous avons déjà vu ce mode ! C’est le mode Dorien, une des quatre variantes de la gamme mineure.

C’est le mode que l’on obtient avec les touches blanches d’un piano, si l’on part du ré, et donc on l’appelle parfois le mode de ré.


Si je pars d’un mi, j’obtiens le mode Phrygien.
mi, fa, sol, la, si, do, ré, mi.

C’est un mode à sonorité hispanique, utilisé dans le flamenco.
1/2t – 1t – 1t – 1t – 1/2t – 1t – 1t

Transposé à partir d’un do, j’obtiens:
do, réb, mib, fa, sol, lab, sib, do

En utilisant la règle d’une note sur deux, et la correspondance entre les gammes et les accords, j’obtiens:
I (premier degré)=Do min
II=Réb
III=Mib
IV=Fa
V=Sol
VI=Lab
VII=Sibmin

On remarque que la caractéristique du mode Phrygien est d’avoir un premier degré mineur et un grand nombre d’autres degrés majeurs.


Si je pars d’un fa, j’obtiens le mode Lydien.
fa, sol, la, si, do, ré, mi, fa.

C’est un mode avec le quatrième degré plus haut, intervalle de quarte augmentée par rapport à la tonique.
1t – 1t – 1t – 1/2t – 1t – 1t – 1/2t
C’est le mode utilisé par John Williams dans le film E.T. de Steven Spielberg.

Transposé à partir d’un do, j’obtiens:
do, ré, mi, fa#, sol, la, si, do

En utilisant la règle d’une note sur deux, et la correspondance entre les gammes et les accords, j’obtiens:
I=Do
II=Ré (accord caractéristique du mode Lydien)
III=Mim
IV=Fa#5dim
V=Sol
VI=Lam
VII=Sim

On remarque que c’est un mode majeur avec le quatrième degré augmenté (fa# au lieu de fa), avec pour conséquence un second degré majeur.


Si je pars d’un sol, j’obtiens le mode Mixolydien.
sol, la, si, do, ré, mi, fa, sol.

C’est un mode qui ressemble au majeur, sauf le septième degré qui est mineur.
1t – 1t – 1/2t – 1t – 1t – 1/2t – 1t
C’est le mode utilisé en jazz en correspondance avec l’accord de septième.

Transposé à partir d’un do, j’obtiens:
do, ré, mi, fa, sol, la, sib, do

En utilisant la règle d’une note sur deux, et la correspondance entre les gammes et les accords, j’obtiens:
I=Do
II=Rém
III=Mim5dim
IV=Fa
V=Solm
VI=Lam
VII=Sib

Ce mode privilégie l’utilisation du septième degré dans un morceau en majeur.


Si je pars d’un la, j’obtiens le mode éolien.
la, si, do, ré, mi, fa, sol, la.

C’est une autre variante du mode mineur, le mode mineur mélodique descendant.
1t – 1/2t – 1t – 1t – 1/2t – 1t – 1t

Transposé à partir d’un do, j’obtiens:
do, ré, mib, fa, sol, lab, sib, do

En utilisant la règle d’une note sur deux, et la correspondance entre les gammes et les accords, j’obtiens:
I=Dom
II=Ré5dim
III=Mib
IV=Fam
V=Solm
VI=Lab
VII=Sib

Ce mode privilégie l’utilisation des troisième, sixième et septième degrés qui sont majeurs.


Si je pars d’un si, j’obtiens le mode Locrien.
si, do, ré, mi, fa, sol, la, si.

C’est un mode assez difficile à utiliser car il n’a pas de cinquième degré juste.
1/2t – 1t – 1t – 1/2t – 1t – 1t – 1t

Transposé à partir d’un do, j’obtiens:
do, réb, mib, fa, solb, lab, sib, do

En utilisant la règle d’une note sur deux, et la correspondance entre les gammes et les accords, j’obtiens:
I=Do5dim
II=Réb
III=Mibm
IV=Fam
V=Solb
VI=Lab
VII=Sibm

Ce mode est difficile avec son premier degré 5dim et son cinquième degré bémol. Il est utilisé dans un contexte climatique spécial, comme chez l’impressionniste Claude Debussy.


Remarque importante:
Tous ces modes partagent les mêmes notes que la gamme majeure.
Le mode majeur étant très stable, les autres modes étant plus fragiles, il est facile de partir d’un mode diatonique et de se retrouver involontairement en majeur.
Pour bien utiliser les modes, on vérifiera régulièrement la tonalité.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.