Un home studio sur smartphone

Un home studio sur smartphone ou quand le son résonne avec liberté

La configuration nomade du studio demeure aujourd’hui largement dirigée par l’ordinateur couplé à une interface audio. L’enjeu d’aujourd’hui et de demain : un poids léger, le plus faible encombrement possible, pouvoir créer en toute liberté, pouvoir capter du son avec un rendu irréprochable. Bref, le studio itinérant…

C’est un peu comme passer sa vie à chercher le paradis… Justement, allons le retrouver…

 

Un home studio nomade sur téléphone portable ?

Déjà présents depuis un certain nombre d’années, les tablettes et smartphones continuent d’attirer les développeurs et constructeurs de l’audio pro. Il ne serait pas étonnant qu’un jour, ils remplacent l’ordinateur dans le cadre du studio itinérant, car moins encombrants et plus intuitifs. Côté DAW, seuls Apple avec GarageBand et Steinberg avec Cubasis 2 ont décliné leur logiciel phare au profit de l’environnement iOS.

Que valent ces versions adaptées ? Si l’on prend l’exemple de Cubasis 2, il s’agit d’un Cubase allégé certes, mais qui offre un grand nombre de fonctions, à commencer par la création illimitée de pistes MIDI et audio (limitée par la capacité de stockage interne du terminal). On y trouve aussi des mini-sampleur, clavier MIDI, Chord Pad et pads virtuels (ce qui évite le transport d’un clavier réel), éditeur MIDI/audio, console et effets. Cubasis 2 supporte les applications aux formats AU/IAA et Audiobus 3.

 

Comment relier un terminal mobile à une interface audio ?

Il existe des stations d’accueil, notamment l’i0 Dockll première du genre et intronisée par Alesis.

Elles permettent de profiter d’entrées/préamplis/sorties/ audio/MIDI identiques à ce que proposent les interfaces standard. Justement, l’autre méthode est d’utiliser la fameuse carte son au format demi-rack en général plébiscité par le plus grand nombre, comme la Focusrite iTrack Solo qui est compatible Mac, PC et iOS.

Enfin, il n’est pas rare de voir un nomadisme à la croisée des chemins entre ordinateur et appareils iOS. iConnectivity a intronisé un produit révolutionnaire, l’iConnect AUDlO 4+. Si son rôle premier est de traiter l’audio venant de l’extérieur, il est capable de le faire router ensuite vers un iPhone et un iPad dès lors qu’ils sont connectés à lui. L’inverse est aussi valable. On fera de même avec les informations MIDI. Voilà l’interconnexion entre appareils à tout moment et n’importe où.

 

Et pour les microphones ?

Côté microphones pour terminaux mobiles, là aussi les constructeurs s’engouffrent de plus en plus dans ce segment de marché.

La plupart sont basés sur des capsules à électret, c’est-à-dire électrostatiques à membrane pré-polarisée.

Comme par ailleurs, le signal va parcourir un chemin très court voire inexistant quand le microphone est directement connecté au terminal, la consommation électrique n’en est que plus réduite et parfaitement gérable par la batterie lithium-ion de ce dernier.

Parmi les modèles existants, on trouve le MK4 Digital, fruit d’une collaboration entre Sennheiser et Apogee, Audio-Technica et son AT2020USBi, Blue avec Spark Digital, mais la palme d’or revient au Lewitt DGT 650 microphone USB le plus polyvalent du marché.

Retenons alors que l’emploi de tablettes et de smartphones optimise l’aspect poids et encombrement du studio itinérant. Notre setup ultra light idéal réunit donc iPad, Cubasis 2/GarageBand et Lewitt DGT 650.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.