Maschine Jam

Maschine Jam : un contrôleur USB compact qui fait belle figure !

Avant d’aller plus loin avec Maschine Jam, il est nécessaire de rappeler ce qu’est le logiciel Maschine de Native Instruments. On pourrait le définir comme une mini-DAW, entre l’instrument, le sampleur, et le générateur de rythmes. Il tourne soit en mode autonome, soit sous forme de plugin à intégrer donc dans votre logiciel MAO préféré.

Avec ses huit colonnes de huit rectangles aux couleurs arc-en-ciel, Maschine Jam en impose une fois dans les mains (poids de 2,8 kg) et donne une impression de robustesse particulièrement agréable au toucher. Ce matériel technologique de 30 cm de côté s’installe très facilement et s’alimente principalement via le port USB.

Un arc-en-ciel sonore dans votre home studio

Par défaut, la matrice de Jam se constitue de 64 rectangles. Ils représentent vos Scenes et Patterns du Group correspondant.

Dans la partie inférieure droite de la matrice, seize boutons sont marqués d’un chiffre. Ils permettent de déclencher et de sélectionner vos Sounds.

Pour communiquer avec Maschine, Jam utilise principalement trois outils pour voguer parmi les multiples paramètres. Le bouton Browse initie la communication avec la librairie et juste au-dessus le potard noir appelé Encodeur permet de naviguer et de faire défiler les sons. À l’opposé de l’appareil, on retrouve le D-Pad avec ses quatre flèches qui permettent de choisir les sous- menus.

Maschine Jam veut donc fournir une nouvelle façon d’interagir avec le logiciel Maschine. Ses grands frères (Mikro, Studio et Maschine) étaient plus portés sur une expérience de type MPC. Avec ses 64 rectangles aux couleurs arc-en-ciel, Maschine Jam gagne en interactivité et apporte ses merveilleuses lumières !

Des effets de sons hallucinants !

Si les paramètres sont poussés au maximum, vous pourrez générer des harmoniques abstraites et mouvantes, vraiment très loin de votre son ou séquence de départ. Si vous êtes plutôt du genre « crado », Reso Echo sera votre nouvel ami avec ses saturations ultra-psychées.

En définitive, c’est un outil à rapprocher des plugins IDM réalisés par l’éditeur Glitchmachines. Toutes les manipulations d’effets se font grâce à Smart Strips et, une chose bien pensée est qu’il est possible de les automatiser pour les rappeler ultérieurement grâce aux boutons « Control » et « Auto ».

Architecture de Maschine Jam

L’architecture de Maschine Jam est bien plus communicative que Maschine Studio et Maschine, restés bloqués dans le même écosystème. C’est une excellente démarche de la part de Native Instruments d’avoir mis de côté son protocole propriétaire et de proposer une transposition de l’interface du Maschine Jam comme contrôleur MIDI multifonction pour d’autres logiciels MAO.

Bien qu’il fasse toujours partie de l’écosystème Maschine de Native Instruments, le Jam se démarque de la famille en devenant un séquenceur pas à pas plus sophistiqué et aussi un véritable instrument à toucher et manipuler dans tous les sens. Par son architecture ouverte, il peut aussi prendre le rôle d’un contrôleur USB avancé pour d’autres logiciels…et ainsi offrir son ergonomie bien réalisée au service de votre DAW favori !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.