Modulation par septième de dominante

Pour comprendre la modulation par septième de dominante, vous allez avoir besoin de ce que j’ai appelé la « septième de fonction », souvent appelée septième de dominante quand elle est placée sur un cinquième degré (la dominante).

Je vous invite à lire ou à relire la page: les-septiemes-de-fonction

Rappelons que dans une tonalité fixe (sans modulation), la septième de dominante marque son attirance pour une résolution sur le premier degré, affirmant ainsi la tonalité.
Ainsi, en Do majeur, l’enchainement Sol7 Do est fort.

Il existe d’autres résolutions de la septième de dominante, mais ce n’est pas notre sujet ici.

Que ce passe-t-il si nous transformons un accord de notre tonalité (autre que la dominante) en accord de septième de fonction ?

Exemple: En Do majeur, le troisième degré est Mi mineur.
Que se passerait-il si je remplaçais Mi mineur par Mi7 ?

On pourrait alors dire que Mi7 est une septième de fonction, une septième de dominante.
Si Mi7 est un cinquième degré (la dominante), alors cela signifie que nous sommes en La (majeur ou mineur).
En effet, si Mi est le V, alors Ré est le IV, Do le III, Si le II, et donc La le I (la tonalité).

En remplaçant le Mi mineur par un Mi7, nous sommes passé de Do majeur à La Majeur (ou La Mineur).

Modulation de Do majeur vers La mineur
Modulation de Do majeur vers La mineur par une septième de dominante.

Règle: En remplaçant un accord, autre que la dominante, par un accord de septième de fonction, on déclenche une modulation vers une tonalité qui est une quinte en dessous de l’accord (on peut dire aussi une quarte au dessus).

Amusons-nous avec les modulations par septième de dominante:

Voici un enchainement en Do majeur:
Do Fa Sol Mim Lam Rém Sol7 Do

Qu’est ce que cela donne si je remplace le Mim par Mi7 et le Rém par Ré7 ?

On obtient:
Do Fa Sol Mi7 = I IV V III en Do majeur
puis
Mi7 Lam Ré7 = V I IV en La majeur
puis
Ré7 Sol7 = I IV en Sol majeur (on appelle cela « la dominante de la dominante ». Ré7 est la dominante de Sol7, qui est la dominante de Do majeur).
puis
Sol7 Do = V I en Do majeur

Le cycle des quintes par septième de dominante:

Si l’on part d’un accord de septième de dominante, il se résout sur l’accord une quinte en dessous.
Exemple: Do7 Fa
Si le Fa devient Fa7, il se résout sur l’accord une quinte en dessous.
Fa7 Sib
Si le Sib devient Sib7, il se résout sur l’accord une quinte en dessous.
Sib7 Mib

En récapitulant et en continuant jusqu’à revenir à Do, on s’aperçoit que toutes les tonalités sont représentées. On appelle cela le cycle des quintes. Le voici:

Do7 Fa7 Sib7 Mib7 Lab7 Réb7 Solb7(identique à Fa#7) Si7 Mi7 La7 Ré7 Sol7 Do, Soit douze accords, douze tonalités différentes.

Cas particulier de la dominante de la dominante

Maintenant que l’on a compris le principe et que l’on a vu le cycle des quintes, il est facile de comprendre que dans l’enchainement II V I on peut remplacer le II par la dominante du V.

Exemple:
En Do majeur. II V I = Ré mineur Sol7 Do.
Il est facile de remplacer le Ré mineur par Ré7, la dominante de Sol, et d’avoir un mini extrait du cycle des quintes avec Ré7 Sol7 Do.

Cet enchainement est extrêmement fréquent, surtout en jazz, et par conséquent il a un nom: la dominante de la dominante.
Dans cet exemple, le Ré7 est la dominante de la dominante(sol7).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.