Modulation par septième de dominante

Pour comprendre la modulation par septième de dominante, vous allez avoir besoin de ce que j’ai appelé la “septième de fonction”, souvent appelée septième de dominante quand elle est placée sur un cinquième degré (la dominante).

Je vous invite à lire ou à relire la page: les-septiemes-de-fonction

Rappelons que dans une tonalité fixe (sans modulation), la septième de dominante marque son attirance pour une résolution sur le premier degré, affirmant ainsi la tonalité.
Ainsi, en Do majeur, l’enchainement Sol7 Do est fort.

Il existe d’autres résolutions de la septième de dominante, mais ce n’est pas notre sujet ici.

Que ce passe-t-il si nous transformons un accord de notre tonalité (autre que la dominante) en accord de septième de fonction ?

Exemple: En Do majeur, le troisième degré est Mi mineur.
Que se passerait-il si je remplaçais Mi mineur par Mi7 ?

On pourrait alors dire que Mi7 est une septième de fonction, une septième de dominante.
Si Mi7 est un cinquième degré (la dominante), alors cela signifie que nous sommes en La (majeur ou mineur).
En effet, si Mi est le V, alors Ré est le IV, Do le III, Si le II, et donc La le I (la tonalité).

En remplaçant le Mi mineur par un Mi7, nous sommes passé de Do majeur à La Majeur (ou La Mineur).

Modulation de Do majeur vers La mineur
Modulation de Do majeur vers La mineur par une septième de dominante.

Règle: En remplaçant un accord, autre que la dominante, par un accord de septième de fonction, on déclenche une modulation vers une tonalité qui est une quinte en dessous de l’accord (on peut dire aussi une quarte au dessus).

Amusons-nous avec les modulations par septième de dominante:

Voici un enchainement en Do majeur:
Do Fa Sol Mim Lam Rém Sol7 Do

Qu’est ce que cela donne si je remplace le Mim par Mi7 et le Rém par Ré7 ?

On obtient:
Do Fa Sol Mi7 = I IV V III en Do majeur
puis
Mi7 Lam Ré7 = V I IV en La majeur
puis
Ré7 Sol7 = I IV en Sol majeur (on appelle cela “la dominante de la dominante”. Ré7 est la dominante de Sol7, qui est la dominante de Do majeur).
puis
Sol7 Do = V I en Do majeur

Le cycle des quintes par septième de dominante:

Si l’on part d’un accord de septième de dominante, il se résout sur l’accord une quinte en dessous.
Exemple: Do7 Fa
Si le Fa devient Fa7, il se résout sur l’accord une quinte en dessous.
Fa7 Sib
Si le Sib devient Sib7, il se résout sur l’accord une quinte en dessous.
Sib7 Mib

En récapitulant et en continuant jusqu’à revenir à Do, on s’aperçoit que toutes les tonalités sont représentées. On appelle cela le cycle des quintes. Le voici:

Do7 Fa7 Sib7 Mib7 Lab7 Réb7 Solb7(identique à Fa#7) Si7 Mi7 La7 Ré7 Sol7 Do, Soit douze accords, douze tonalités différentes.

Cas particulier de la dominante de la dominante

Maintenant que l’on a compris le principe et que l’on a vu le cycle des quintes, il est facile de comprendre que dans l’enchainement II V I on peut remplacer le II par la dominante du V.

Exemple:
En Do majeur. II V I = Ré mineur Sol7 Do.
Il est facile de remplacer le Ré mineur par Ré7, la dominante de Sol, et d’avoir un mini extrait du cycle des quintes avec Ré7 Sol7 Do.

Cet enchainement est extrêmement fréquent, surtout en jazz, et par conséquent il a un nom: la dominante de la dominante.
Dans cet exemple, le Ré7 est la dominante de la dominante(sol7).

4 Comments

  1. Armand

    Bonjour,
    Tout d’abord merci pour ces explications !
    Par contre il me vient une question : Avec cette méthode peut-on réellement passer de n’importe quelle tonalité donnée à n’importe quelle autre ? (sans devoir parcourir le cycle des quintes).
    Par exemple si on joue en do majeur, et qu’on veut passer en Fa#, plaquer un Do#7 est assez dur quand on veut garder un ensemble qui sonne beau à l’oreille.
    Peut-on uniquement moduler en passant par les 7eme de dominante de tons voisins ?
    Merci

    1. Merci Armand pour cette question intéressante.
      Oui, on peut passer de n’importe quelle tonalité à n’importe quelle autre.
      Pour ce qui est de la dureté, il y a deux paramètres.
      1/ Le style de musique. S’il y a beaucoup de modulations en permanence, comme chez Richard Wagner ou dans le jazz bop, alors on peut être très audacieux.
      2/ L’art de préparer les choses.
      Dans ton exemple, voici deux façons de préparer agréablement ta transition de Do majeur à Fa# majeur :
      – Préparer le Do#7 par un accord qui contient les notes importantes, comme Ré min 7, tu as déjà le fa (mi#), et tu peux faire glisser le ré vers do# et descendre do (la septième de rém) vers le si. Ça te donnera (ré fa do) (do#, mi#, si) qui sonnera bien. Tu peux trouver d’autres idées car il y a de nombreuses possibilités de préparation similaire.

      – Rien ne t’oblige à passer de Do majeur à Fa# majeur en UNE FOIS. Ce n’est pas parce que c’est possible que ça doit te plaire ! Il y des choses que tu aimes et que je n’aime pas, des choses que tu n’aimes pas et que j’aime, ce sont les goûts de chacun et c’est ce qui définit notre style.
      Par conséquent, rien ne t’oblige à faire un parcours direct, tu peux faire en deux fois, en trois fois, etc. Ce sont tes choix. Voici un exemple : Do module en Fa (Do 7 Fa) puis de Fa vers Sib mineur (Fa 7 Sibmin), et en Sibmin tu as un accord de Réb qui peut très simplement devenir Réb7 et te conduire vers Solb (Fa#=Solb). C’est juste un exemple parmi beaucoup de possibilités. A tester.
      Est-ce que j’ai répondu à ta question ?
      Est-ce que tu as d’autres questions ?
      Stéphane
      Il y a d’autres méthodes de modulation plus performantes, comme les modulations par chromatisme et l’utilisation des accords de septième diminuée. Elles sont aussi beaucoup plus complexes à maitriser.

      1. Armand

        Compris ! Merci beaucoup !
        En effet il semble plus aisé ici de passer par une autre tonalité avant d’arriver en Do#
        Merci pour vos cours disponibles sur le site et sur youtube, ça aide vraiment ! Je n’ai jamais appris la musique de manière théorique mais seulement à l’oreille depuis que je suis petit. J’ai l’impression de tout redécouvrir.
        J’ai un ami qui parle de modulation en passant par des V de II, V de III, V de V etc… est-ce une manière différente (et plus détaillée) d’appeler ce type de modulation ou est-ce un autre type de modulation ?

        1. Merci Armand pour tes encouragements.
          Sache que j’ai fait un stage pour la Sacem en décembre 2018 pendant dix jours et que toutes les vidéos sont en train d’être montées pour être proposées gratuitement sur le site.
          Le stage Sacem comme si vous y êtiez ! C’est une formation de renforcement pour les compositeurs autodidactes.
          Je ne comprends pas bien ce que dit ton ami. Peut-être qu’il parle du cycle des quintes diatonique. C’est comme le cycle de quinte avec des V7 qui modulent, sauf qu’ici on reste dans une seule tonalité. D’où le nom de diatonique. En Do majeur, ça ferait : Si5dim7 Mimin7 Lamin7 Rémin7 Sol7 Do. (les septièmes sont facultatives, j’appelle ça des septièmes de coloration).
          Pour une meilleure réponse, il faudrait que je comprenne ce que dit exactement ton ami.
          Ça ne me parait pas être un nouveau type de modulation.
          Est-ce que tu es déjà inscrit à la newsletter pour être informé des nouveautés ?
          Je reste disponible, si tu as d’autres questions.
          Stéphane.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.