Michel Ghetti

Michel GhettiJe m’appelle Michel Ghetti et J’enseigne la musique depuis trente ans en tant que professeur de piano, jazz, musique actuelle et musique classique. Depuis vingt ans, je fais des recherches sur le cerveau et la matière musicale ce qui m ‘a amené à me spécialiser dans le développement de l’improvisation et de la création tout style au sein de mes cours avec des élèves du niveau (amateur à professionnel).

Introduction :

Ces recherches traitent particulièrement de  la matière sonore et musicale cela concerne également  la façon dont le cerveau et le corps perçoit  cette matière et s’harmonise avec elle à travers le jeu instrumental de l’élève. A travers l’improvisation, la création et le code musical nous allons percevoir quelles sont les parties qui sont en action chez les élèves et quelles sont les  propriétés contenues dans la matière musicale pour qu’il y ait ou non une fusion de l ‘esprit avec la matière sonore. Il y sera question également de la pensée mécanique rationnelle et de la pensée intuitive qui sont à mon sens le fondement de ces recherches.

Objectif de mes recherches :

  • Permettre aux élèves de créer des musiques même s’ils ne savent pas lire la musique.
  • Leur permettre également grâce un nouveau type de métronome que j ai inventé, d’harmoniser la lecture musicale avec leur sens inné de la musique.

La matière musicale et la matière sonore contiennent deux aspects importants :

  • La matière sonore considéré comme matière physique proprement dite.
  • La matière musicale part sensible du son, imprégnée de la sensibilité de l ‘artiste dès que celui-ci joue d un instrument.

Contenu :

D’abord, il me semble important de comprendre que le code musical n’est pas une invention de l’homme mais une projection de sa propre pensée. Dès le début de mes expériences, j’ai pu constater que dès l âge de sept ou huit ans, les élèves sans avoir appris le solfège sont en capacité de créer naturellement des phrases musicales qui contiennent des rythmes, des harmonies et des mélodies. Ils sont capables de créer des parties de basse accompagnant ces mélodies. Donc ce qui m’ a guidé dans ces recherches, est le fait que la musique et ces codes existent de façon innée chez la plupart de mes élèves. J’ai ainsi pu discerner deux aspects importants :

1)  l’aspect intuitif qui contient un calcul inné du temps et des fréquences musicales (temps- fréquences, intelligences intuitives).

2)  l’aspect rationnel qui permet de lire le temps et les fréquences du code musical écrit sur une partition (temps –fréquence, intelligence rationnel, mathématique).

L’aspect rationnel :

C’ est l’aspect du code musical et de  la perception des figures de notes et des hauteurs de notes comme pourrait le faire un séquenceur de musique type logic pro.

Dans ce cas l’élève utilise sa perception acquise et mécanique (pulsation mécanique comme un métronome). Il organise les informations lues à partir d une partition sans y mettre l’aspect sensible ou intuitif. Il joue successions informations vides de sens musical.

L’aspect intuitif :

On pourrait le percevoir chez les musiciens qui ne lisent pas la musique. Il contient des pulsations intuitives qui donnent le sens musical et la perception innée du temps et des hauteurs de notes.

Celles-ci contiennent potentiellement la source créatrice de toute idée musicale.  Nous pourrions l ‘appeler aussi intelligence émotionnelle.

Développement de la création :

A partir des observations du comportement et des travaux des élèves j’ai pu constater que la musique est par nature présente de façon innée chez l’élève.

Donc ce qui empêche ce jet créatif inné de se développer, c’est le mode de fonctionnement rationnel du cerveau. Il ne conçoit pas qu’il a ce potentiel et pense qu’il faut emmagasiner des informations pour jouer de la musique et les retranscrire après. J’ai donc mis au point un dispositif pédagogique qui permet de passer d’une intention de jouer de façon rationnelle à une intention intuitive et émotionnelle. Ce dispositif rend le système rationnel dépendant du système émotionnel qui est maître. De ce fait, il se produit un jet créatif mélodique et / ou rythmique selon l’élève.  Dans le même temps,j’écris ce que l’élève a crée. Par la suite je lui donne un cours de théorie musicale sur sa propre création, lui permettant de créer une fusion de ces deux modes de perception « rationnel et émotionnel »

Voir les pièces jointes (exemples de créations d élèves en piano solo ou en cours MAO sur logic pro).

  • Aurèle : élève entre 8 et 10 ans piano solo

 

  • Laura : élève entre 8 et 10 ans piano solo

 

  • Marine : élève entre 8 et 10 ans piano solo

 

  • Véronique : élève adulte

 

  • Luca : élève du conservatoire de Limay

 

  • Steven : création de l ‘année dernière  sur logic pro

Michel GhettiConclusion :

Je pense que l’enseignement musical serait plus ouvert et de meilleure qualité si l’on procédait de cette manière. Outre le fait que l’on découvrirait des futurs talents de compositeurs ou d improvisateurs, l’interprétation d une œuvre musicale deviendrait plus fluide. L’élève gagnerait en confiance et en sérénité. En ce qui concerne les amateurs ils auraient l’opportunité de développer des apprentissages fluides, les aidant à mieux  évoluer dans nos sociétés qui seront dans le futur de plus en plus changeantes et complexes.

 

Fait à mantes la jolie le 29/11/2018

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.