La musique s’exprime par tension-détente.

Dans un film d’action, il n’y a pas d’action en continue, dans une comédie, nous ne rions pas tout le temps mais en alternance de moments drôles puis calmes, puis drôles, etc.

De la même façon que la ponctuation d’une phrase, les cadences sont les virgules et les points.

L’équivalent du point s’appelle une cadence parfaite.

L’équivalent de la virgule s’appelle une cadence imparfaite, cadence évitée, cadence plagale, demi-cadence, etc. Ce sont des pauses qui attendent une suite.

Avant d’entrer dans plus d’explications, écoutons quelques exemples:

Voici une cadence parfaite dans « USA for Africa » de Michael Jackson.

Ici la ponctuation musicale est bien l’équivalent d’un point de fin de phrase.

Le refrain de « The miracle of love » d’Eurythmics, est constitué de deux cadences.

D’abord une cadence évitée, l’équivalent d’une virgule

Puis une cadence parfaite, l’équivalent d’un point de fin de phrase.

 

Les cadences parfaites

La cadence parfaite est constituée de l’enchainement de trois degrés fondamentaux:
IV V I, avec la variante fréquente de II V I (Nous avons vu que II est équivalent de IV)

Voici la cadence parfaite en Do majeur, IV V I, Fa, Sol7, Do:

Cadence parfaite en Do majeur.
Cadence parfaite en Do majeur.

 

Les autres cadences

Nous n’allons voir que deux autres cadences classiques.
Il en existe d’autres, dont la connaissance n’est pas essentielle pour le compositeur de MAO.

La cadence évitée

Au lieu de conclure une cadence parfaite en IV V I, on évite le I en utilisant le VI. Donc IV V VI.
Ce qui donne en Do majeur, puis Do mineur: Fa, Sol7, La min, Fa min, Sol7, Lab

Cadence rompue en majeur, Fa Sol7 La min, puis cadence rompue en mineur, Fa min, Sol7, Do min.
Cadence rompue en majeur, Fa Sol7 La min, puis cadence rompue en mineur, Fa min, Sol7, Do min.

 

La cadence plagale

Le mot plagale est très ancien. Il vient du chant grégorien, chant liturgique de l’église catholique, dérivé d’anciens chants romains, et pratiqué par les moines au XVème siècle.
Derrière ce nom se cache une cadence simple, IV I.
Aujourd’hui, on lui trouverait une sonorité plutôt blues, et donc bien éloignée des anciens chants romains.
Cette cadence fonctionne aussi bien en majeur qu’en mineur.
En Do majeur, cette cadence donne:

Cadence plagale, IV I, ici en Do majeur, Fa Do.
Cadence plagale, IV I, ici en Do majeur, Fa Do.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *