Le II V I dans le jazz (et le cycle des quintes)

 

Du fait de la relation privilégiée entre la dominante, cinquième degré, et la tonique, premier degré, on peut créer une boucle.

Je prends directement l’exemple de V, I en Do majeur, soit Sol 7, Do.

Si je dis que Do est la dominante de Fa majeur, alors je peux avoir V, I, Do7, Fa.

Si je dis que Fa est la dominante de Sib majeur, alors…

Ce qui me donne le cycle: Sol7, Do7, Fa7, Sib7, Mib7, Lab7, Réb7, Solb7 (équivalent à Fa#7), Si7, Mi7, La7, Ré7, Sol7. La boucle est bouclée.
Je constate que les douze demi-tons sont représentés.

Le même cycle fonctionne en mineur: Solmin7, Domin7, Famin7, Sibmin7, Mibmin7, Labmin7, Rébmin7, Solbmin7 (équivalent à Fa#min7), Simin7, Mimin7, Lamin7, Rémin7, Solmin7
On parle du cycle des quintes, mais c’est plutôt ce cycle de quarte qui est intéressant.

Le cycle des quintes.
Le cycle des quintes.

 

Rappelons que la quarte est l’inverse de la quinte. Exemple: Do Sol, quinte => Sol Do, quarte

En jazz, mais aussi en chanson française traditionnelle, on utilise très fréquemment des fragments du cycle des quartes.

Le fragment le plus utilisé est le II V I, et moins souvent le VI II V I.

En Do majeur, cela nous donnerait (Lam7), Rém7, Sol7, Do.

Voici le morceau de jazz, Blue Moon, qui utilise ces accords:

 
Mais les techniques de réharmonisation du jazz autorisent à remplacer n’importe quel accord par son II V I équivalent.

Exemple, j’ai un accord de Fa, je le remplace par Solm, Do7, Fa,
J’ai un accord de Ré, je le remplace par Mim, La7, Ré, etc.

Le compositeur de MAO pourra approfondir ses connaissances en comparant les standards de jazz originaux avec les versions ré-harmonisées de Charlie Parker, ou plus récemment Keith Jarret.

15 Comments

  1. Blanco

    Votre commentaire est en attente de modération.

    Bonjour, j’ai du mal à me lancer car je bloque sur le fait que vous parlez de la 7eme, et sur la première phrase de votre assurêment super tutoriel « Je prends directement l’exemple de V, I en Do majeur, soit Sol 7, Do. »
    Désolé je ne comprend pas…

    Merci

    1. stephanemeer

      Bonjour Matthias.

      Ce qui est difficile dans l’apprentissage de la composition, c’est que tout arrive en même temps.

      Cependant, il vaut mieux suivre les marches dans le bon ordre, voir d’abord les septièmes de dominantes, par exemple, avant de voir leur utilisation dans le II V I du jazz.

      Ensuite, je suis là pour répondre à vos questions et clarifier avec vous.

      Il y a aussi des cours en ligne, à l’unité, ou pour les parisiens des cours à la fac de Jussieu, Sorbonne Paris VI.

  2. Matthias

    Bonjour, j’ai du mal à me lancer car je bloque sur le fait que vous parlez de la 7eme, j’ai lu le commentaire au dessus, en gros ce cycle ne mentionne pas (quand on le trouve sur le web par exemple) que tout se base sur les 7eme de dominante mais en fait elles sont indispensables c’est ça ?

    Merci

  3. Adrien

    Bonjour et merci pour cet article!

    Je me posais une question par rapport aux techniques de réharmonisation du jazz dans lesquelles il est possible de remplacer n’importe quel accord par son II V I équivalent…
    J’aurai aimé savoir quelles étaient les tendances rythmiques que prenait ce remplacement? Ou, autrement dit, si j’ai, à la base, une grille d’accords avec 2 mesures de Fa dedans, comment vont venir s’intercaler Solm, Do7, Fa dans ces 2 mesures?

    Merci et à bientôt

    Adrien

    1. stephanemeer

      Bonjour Adrien.

      Merci pour votre question qui est intéressante.

      Ma première réponse consiste à vous orienter vers les grilles des morceaux de Bop, comme par exemple Charlie Parker.
      Vous pouvez également regarder le morceau « giant steps » de John Coltrane, même s’il s’agit là d’un exemple avec des modulations particulièrement brutales.

      La seconde est que les accords clés sont sur les temps importants et « l’ajout » de II V est plutôt sur des temps faibles.
      Dans votre exemple de deux mesures de Fa, soit Solm7, Do7 sont sur le trois et quatrième temps de la mesure précédente, soit ils sont dans la première des deux mesures.
      Il s’agit d’une réponse à priori, le mieux est de regarder les grilles indiquées pour trouver de nombreuses possibilités et variantes.

  4. Vinson

    1- Le cercle fait apparaître les Do Fa Sib etc….qui sont les toniques de gammes Majeures .
    Ce cercle pourrait-il être écrit Do7 Fa7 Sib7 ?…..gammes septièmes
    2 – pourquoi le II V I est il écrit Solm, La7,Do ? Mineur, septième, et majeure mélangées et non Sol, La, Do ?,
    Merci
    Pierre

    1. stephanemeer

      Bonjour Pierre.
      Merci pour votre commentaire et votre question.

      Pour votre première question, OUI, vous avez raison, on peut écrire le cycle des quintes avec des septièmes,(techniquement, on dira des septièmes de dominante)

      Pour la seconde question, je suppose que vous voulez dire Solm Do7 Fa, n’est-ce pas ?
      II V I en Fa majeur.
      Il s’agit ici d’un fragment de cycle de quinte diatonique, ce qui signifie qu’il n’y a pas de changement de tonalité. Les accords sont ceux de la tonalité de Fa majeur. On a donc un Solm (IIème degré en Fa), un DO7 (Vème degré, septième de dominante de Fa), puis la tonique Fa.

      Ce qui n’est pas clair dans ma page, c’est la différence entre le cycle des quintes modulant (on change de tonalité à chaque accord) et le cycle des quintes diatonique, qui est à l’intérieur d’une tonalité unique (ce qui limite la durée du cycle).

      Il faudra que j’y revienne en expliquant mieux le cycle diatonique.

      Est-ce que c’est un peu plus clair malgré tout ?

  5. Daniel

    Bonjour et merci pour votre site.
    Question: Je ne comprend pas comment on peut dire
    do sol, quinte => sol do, quarte ?
    Comment quarte peut égaler quinte ?
    Pardon peut-être pour la naïveté de ma question, mais j’aimerai comprendre.

    Merci par avance
    Daniel

    1. stephanemeer

      Bonjour Daniel.

      Merci pour votre question.

      Quand je pars d’un do et que je monte, j’ai do, ré, mi, fa, sol, soit cinq notes, une quinte.

      Quand je pars d’un do et que je descends, j’ai do, si, la, sol, soit quatre notes, une quarte.
      C’est pour cela que l’on peut dire que la distance (l’intervalle) entre do et sol est une quinte si on monte et une quarte si on descend.

      Pouvez-vous, s’il vous plait, me dire si j’ai répondu clairement à votre question.

      Merci et à bientôt.

      Stéphane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.