Le compresseur

Le compresseur est l’outil de traitement du son le plus important dans la musique d’aujourd’hui.

A l’exception de la musique classique, les taux de compression n’ont jamais été aussi élevés que depuis deux décennies.

Le compresseur est un outil complexe, car il peut produire un résultat et son contraire, simplement en changeant son réglage.

Il est utilisé pour:

  • diminuer les écarts de dynamique d’un instrument (rendre les attaques égales par exemple)
  • donner plus de sustain à un instrument (typiquement, allonger la tenue des notes des guitares électriques)
  • donner plus de ‘punch’, plus d’attaque à un instrument (utilisation sur la batterie et les percussions, etc.)
  • Rendre un mixage plus ‘compact’ (voir la page sur le compresseur multibande et le maximizer)
  • Rendre un chanteur plus ‘présent’ et améliorer la compréhension des paroles

Les effets indésirables sont:

  • augmenter le souffle et les bruits parasites
  • diminuer les nuances (incompatible avec la musique classique)
  • modifier et perdre des fréquences (encore plus avec des plug-ins bas de gamme)
  • n’agit pas de la même façon sur les signaux fort ou faible
  • modifie l’interprétation des chanteurs

Les réglages

Lorsque le compresseur est inactif, le niveau de sortie est proportionnel au niveau d’entrée.

Compresseur inactif. Sortie proportionnelle à l'entrée.

Compresseur inactif. Sortie proportionnelle à l’entrée.

On voit sur cette image que quand l’entrée varie de 0 à 6, la sortie varie de 0 à 6.

 

Maintenant, je décide qu’à partir d’un certain seuil, le signal de sortie variera moins vite que le signal d’entrée.

Compresseur actif à partir d'un seuil, et dont l'action dépend du taux.

Compresseur actif à partir d’un seuil, et dont l’action dépend du taux.

On voit ici que lorsque le signal d’entrée varie entre 3 et 6, le signal de sortie ne varie qu’entre 3 et 4.

On dit que le signal est ‘compressé’.

Le seuil

Le seuil est à 3. Cela signifie qu’en dessous de 3, il n’y a pas de compression. Quand l’entrée varie de 0 à 3, la sortie varie de 0 à 3. C’est proportionnel.

Le taux

Le taux de compression, c’est l’aplatissement de la courbe, c’est à dire, que plus le taux est élevé, moins la sortie varie.

Avec un taux infini, la sortie ne varie plus du tout, quel que soit le niveau d’entrée. Ce réglage particulier s’appelle un limiteur. Au delà du seuil, on ne monte plus.

Compensation de gain

Vous avez vu sur cet exemple, que le compresseur diminue le niveau de sortie.

Pour un niveau d’entrée de 6, sans compresseur la sortie est à 6, alors qu’avec compresseur la sortie n’est qu’à 4.

Compensation de volume. Le compresseur diminue le gain. Il faut le compenser.

Compensation de volume. Le compresseur diminue le gain. Il faut le compenser.

On utilise une compensation de volume (make up gain), pour rattraper le niveau perdu et bien moduler jusqu’à 6.

Temps d’attaque

Le compresseur diminue les signaux forts (au dessus du seuil), par conséquent, il diminue l’attaque des instruments percussifs.
Si on veut compresser en gardant l’attaque, il faut régler le temps d’attaque pour qu’il n’agisse qu’après le passage de celle-ci.

C’est typiquement le cas d’un réglage qui produit l’inverse, car l’attaque se trouve ‘expansée’

Voici un exemple.

Voici une note de piano sans compresseur:

Note de piano sans compresseur

Note de piano sans compresseur

 

Si on applique un compresseur sans attaque, alors celle-ci est ‘gommée’, le son devient mou.
Le niveau moyen du signal est fort. C’est l’utilisation du compresseur pour réduire la dynamique. (écart entre fort et faible. En général pour être fort tout le temps.)

Compresseur sans attaque. Valeur moyenne forte et attaque gommée.

Compresseur sans attaque. Valeur moyenne forte et attaque gommée.

Si on augmente le temps d’attaque du compresseur est supérieure à celle du piano, on obtient une attaque forte et un corps faible. Comme si l’attaque était ‘expansée’.

Compresseur avec attaque plus longue que celle du piano. L'attaque est comme expansée.

Compresseur avec attaque plus longue que celle du piano. L’attaque est comme expansée.

 

En musique, comme pour le mixage, le réglage du compresseur est une démarche artistique.
C’est l’art du compromis et de l’équilibre.
Il n’y a pas de calcul ou de vu-mètre qui donne la bonne valeur.

 

Temps de relâchement

Le relâchement, release en anglais, est le temps que prend le compresseur à revenir au neutre.
Tant qu’il n’est pas au neutre, il n’est pas prêt à fonctionner correctement pour le son ou la note suivante.
Il est donc conseillé de le mettre au minimum.

Dans quel cas doit-on l’augmenter ?

Il faut l’augmenter sur les notes longues, quand l’action du compresseur provoque des oscillations, des tremblements.
En augmentant le temps de relâchement, on donne de l’inertie et les oscillations cessent.
Typiquement sur des chœurs, de l’orgue, ou des cordes lentes, dès que des vibrations apparaissent.

Les commentaires sont fermés.